Perte et gain de poids sécuritaires pour les jeunes athlètes

Perte et gain de poids sécuritaires pour les jeunes athlètes

De nombreux athlètes recherchent activement des changements de poids corporel dans l’espoir d’améliorer leurs performances sportives. Dans certains sports, comme la lutte, la gymnastique, la danse et la course à pied, les athlètes et les entraîneurs associent des performances optimales à une masse corporelle relativement faible. Dans d’autres sports, en particulier les sports de contact et de collision, comme le football, une augmentation de la masse corporelle est souvent encouragée.

Les athlètes intéressés à perdre ou à prendre du poids devraient discuter avec leur médecin des stratégies pour perdre ou prendre du poids sainement. Ce qui suit est des informations de l’American Academy of Pediatrics sur la perte de poids saine ou la prise de poids pour le jeune athlète.

Poids et âge

2 à 10 ans

En général, les enfants de ce groupe d’âge ne devraient pas perdre de poids car cela peut affecter la croissance et le développement normaux. Les préoccupations concernant le poids doivent être abordées avec le médecin de l’enfant. L’objectif habituel des enfants en surpoids à ce stade est de maintenir leur poids et de leur permettre de «grandir» en leur poids.

10 à 12 ans

Certains enfants de ce groupe d’âge commenceront à croître plus rapidement à leur entrée dans la puberté. Les « bloomers précoces » ont souvent un avantage temporaire en termes de taille et de force par rapport aux enfants qui se développent plus tard. Les garçons qui n’ont pas encore commencé la puberté essaient parfois de prendre du poids pour suivre leurs pairs. Cependant, les efforts pour prendre du poids avant la puberté entraînent une augmentation de la graisse et non des muscles et n’accélèrent pas la force et le développement musculaire.

12 à 18 ans

De nombreux adolescents s’efforcent de gagner ou de perdre du poids pour améliorer leur apparence. Les athlètes adolescents peuvent également vouloir améliorer leurs performances sportives.

Poids et performances sportives

Les athlètes qui tentent d’améliorer leurs performances sportives doivent garder à l’esprit les points suivants:

  • Il n’y a pas de « meilleur » poids pour un sport donné. Pour chaque athlète, il existe une gamme de poids sains qui permettent une performance athlétique maximale.
  • Il est souvent plus avantageux de surveiller les performances athlétiques (telles que la force, la vitesse, la hauteur de saut) que le poids.
  • Chez les athlètes, le poids et l’indice de masse corporelle (IMC) ne sont pas de bons indicateurs de la graisse corporelle et de la masse musculaire maigre.
  • Les athlètes qui envisagent d’apporter des changements majeurs de poids et ceux qui pratiquent des sports classés par poids (comme la lutte) devraient faire mesurer leur composition corporelle pour connaître les pourcentages de graisse corporelle et de tissu maigre.
  • Les entraîneurs et les parents ne réalisent souvent pas l’influence qu’ils ont sur les jeunes athlètes. Même un commentaire occasionnel lié au poids d’un entraîneur pourrait exposer l’athlète à un risque accru de comportements alimentaires malsains. Les parents devraient essayer d’être conscients des messages liés au poids que leurs enfants peuvent recevoir des entraîneurs.

Perte de poids

Les athlètes (et entraîneurs) dans de nombreux sports, comme la lutte, la gymnastique, la danse et la course, croient qu’ils obtiendront de meilleurs résultats s’ils perdent du poids. Pour les athlètes qui dépassent leur poids santé, la perte de graisse corporelle excessive peut être bénéfique. Cependant, la perte de poids chez les athlètes qui ont déjà un poids santé n’est pas susceptible d’améliorer les performances. De plus, la plupart des régimes qui limitent les calories entraînent souvent une diminution de l’intensité d’entraînement et des performances de pointe.

Pour l’athlète qui veut perdre du poids de manière saine, les conseils suivants peuvent être utiles:

  • Ne perdez pas plus de 1 à 2 livres par semaine. Tout ce qui est plus rapide que cela est souvent dû à la perte de tissu musculaire ou d’eau (qui sont tous deux importants pour la performance sportive).
  • Les efforts de perte de poids devraient combiner les changements dans l’entraînement sportif et le régime alimentaire.
  • Les cycles de perte et de gain de poids doivent être évités. Cela entraîne une diminution du métabolisme et des besoins en calories.
  • La perte de poids peut être difficile et frustrante. Les jeunes athlètes qui souhaitent perdre beaucoup de poids devraient d’abord parler à leur médecin.

Gain de poids

Les athlètes de certains sports, comme l’haltérophilie et le football, pensent que la force, la puissance et les performances sportives s’amélioreront si elles sont capables de prendre du poids. Cependant, il est important de se rappeler que la prise de poids peut provenir d’une augmentation des graisses ou des muscles. L’augmentation des muscles peut être très utile pour certains jeunes athlètes, mais l’augmentation de la graisse peut entraîner une diminution des performances sportives.

Malheureusement, il est beaucoup plus facile de prendre du gras que du muscle. Les jeunes athlètes devraient être encouragés à apporter des changements qui aideront à améliorer la force, plutôt que de simplement prendre du poids.

Pour l’athlète qui veut gagner de la masse musculaire maigre d’une manière saine, les conseils suivants peuvent être utiles:

  • Ne gagnez que 1 à 2 livres par semaine. Des gains plus rapides que cela conduisent souvent à une augmentation plus importante de la graisse.
  • Augmentez les calories de 300 à 400 calories par jour. Deux portions de petit-déjeuner instantané ou de substituts de repas peuvent être une option. (Remarque: les suppléments «gain de poids» contiennent souvent trop de calories et entraînent une augmentation plus importante des graisses que des muscles.)
  • Mangez toutes les 2 à 3 heures, soit environ 5 à 9 fois par jour.
  • L’haltérophilie doit être effectuée en séries de 8 à 15 répétitions pour la croissance musculaire, ou en séries de 4 à 6 répétitions pour développer la force et la puissance.
  • Il devrait y avoir au moins 48 heures entre les entraînements durs. Cela permet aux muscles de récupérer entre les séances d’entraînement.
  • Les augmentations de poids et de taille des muscles ont tendance à devenir beaucoup plus faciles pendant la puberté.

Les informations contenues sur ce site Web ne doivent pas remplacer les soins et les conseils médicaux de votre pédiatre. Il peut y avoir des variations de traitement que votre pédiatre peut recommander en fonction des faits et des circonstances individuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *